L’homme et la cuisine (part I), plutôt artiste, macho, empoté ou pragmatique ?

Publié le par Juliette

cuisiniergaffeur-copie-1.gifJusqu’ici, à chaque fois que j’ai pointé les travers de nos amis les hommes, force était de constater, après analyse et recoupements, que nous avions toutes plus ou moins le même modèle à la maison : bordélique, aussi sourd qu’aveugle, tire-au-flanc, agonisant au moindre virus… (c’est leur fête aujourd’hui, pas vrai ?). Pourtant, la généralisation me paraît plus hasardeuse dans le domaine de la cuisine, une tâche domestique valorisante, presque artistique, qui ne remet pas en cause la virilité du pratiquant. La preuve : La plupart des grands chefs sont des hommes. Il existe ainsi une infinie variété de spécimens cuisinant aux comportements d'une fascinante subtilité, tels : 
- le phallocrate convaincu qui ne met jamais les pieds dans la cuisine et s’avère incapable de trouver ne fut-ce qu’une petite cuillère en l’absence de sa femme, 
- le patriarche à l’ancienne qui estime « cuisiner » quand il allume la plaque sous la cocotte-minute dans laquelle mijote le pot-au-feu que lui a préparé celle qui d’habitude le sert illico, dès qu’il s’installe à table à 12 heures pétantes,
- L’empoté volontaire qui s’arrange pour ne produire qu’une tambouille infecte si bien qu’on finit par le supplier de renoncer à ses piteuses tentatives, 
- le « un tiens vaut mieux que deux tu l’auras » qui vous épate avec une recette improbable mais refuse le risque de s’éloigner de cette valeur sûre quand la dite recette finit par vous sortir par les trous de nez, 
- le monoplatmaniaque qui produit une substance à partir de ce qu’il aura trouvé dans le frigo amalgamé dans une poêle unique (rapport effort/vaisselle minimum), ce qui peut donner le meilleur mais bien plus souvent le pire. 

Deux catégories phares semblent cependant émerger de cette foultitude: 
Cro-magnon.jpg- Le macho qui se soigne : au fond de lui, il estime que c’est par l’estomac que l’on tient un homme et que c’est à la femme de gâter culinairement son époux, comme sa mère l’a toujours fait. Quelque part, trouver un repas chaud et varié en rentrant du boulot lui paraît naturel et les remerciements lui demandent un effort de conscience incompatible avec l’état de son cerveau au moment du dîner. Il peut même lui arriver de farfouiller dans le plat avec dégoût du bout de sa fourchette ou d’émettre des remarques hautement inappropriées, genre « T’as de la chance que je ne sois pas difficile ». Une ou deux scènes de ménage plus tard, les fourneaux font office de calumet de la paix et Monsieur décide de mettre la main à la pâte, en homme moderne qu’il se veut malgré tout, avec autant d’assurance que s’il pratiquait une intervention chirurgicale à cœur ouvert. Il vous sollicite toutes les deux secondes : « Elle est où la râpe ? », « Qu’est-ce que je pourrais faire avec le riz ? », « J’utilise quelle casserole ? », « Tu crois que le thon et le jambon ça va ensemble ? »… Quand enfin, les assiettes arrivent sur la table, vous n’aurez pas assez de la soirée pour faire les compliments que son ego attend. Bref, vous finissez par vous prendre bien plus la tête que si vous aviez cuisiné vous-même (quelques oignons, le reste du hachis, des pâtes, un pot de sauce tomate et hop, le tour est joué !). 
Je le reconnais volontiers : ça sent le vécu ! 
cuisine2.jpg- L'artiste en transes (rien à voir avec le chef au foyer traité prochainement) : si déjà il cuisine (une fois de temps en temps, quand le public en vaut la peine) pas question pour lui de faire un vulgaire poulet-frittes, c’est un festin, un chef d’œuvre, une ode à la créativité et au bon goût qui sortira de ses fourneaux. Il se réincarne en Joël Robuchon, votre malheureuse cuisine Schmitt se transforme en office de grand restaurant et chaque bipède présent est mis à contribution pour les basses besognes, aboyées sous forme d’ordres ne souffrant ni retard, ni contestation : peler, râper, émincer, laver, évider… Il donnera l’impression d’avoir gravi l’Everest à lui seul et une fois assis, plus question de lui faire bouger le petit doigt. La manutention, très peu pour lui. Les éloges par contre, ne sont que pour lui. Quand à la cuisine, après lui, le déluge ! Il est très attaché à la parité culinaire, à chacun sa contribution, il assure les gros œuvre (la préparation du repas), à vous de gérer les dommages collatéraux (le nettoyage au Karcher). Vous aurez sans doute du mal à reconnaître votre cuisine, sous le champ de bataille qu’elle est devenue. Votre Chef d’un jour aura sûrement utilisé toutes les casseroles, même celles dont vous aviez oublié l’existence. Vous pourrez probablement reconstituer la chronologie de la recette en suivant les traces sur les murs. Et finalement, le festin risque de vous laisser un goût amer tenace. 

Et votre homme, il est comment en cuisine ?
C’est quoi son rapport aux défis culinaires, son profil type ? Un peu tout ça ou encore différent ?

Publié dans Nos Amis les Hommes

Commenter cet article

michael conan 27/03/2009 00:04

vas VOIR mon blog une video de moiexplique ma demarche humainepeut tu demander a tous de la regarder afin de comprendre
mon blog
http://michaelconan.over-blog.com

Juliette 28/06/2007 10:09

Laure, je ne sais pas si je dois admirer, envier ou compatir... quel phénomène !... En même temps chacun retrouve un bout du sien dans la description de ton bonhomme, en particulier cette propention à nous critiquer alors que lui ne supporte pas la moindre remarque (si ce n'est pour accompagner le concert de louange)... Candide, tu sais que tu es une très vilaine fille qui donne le mauvais exemple ? En plus, je suis sûre que t'as même pas honte ! Je crois que, forte de vos témoignages, va falloir que je propose à mon éditeur un livre sur le sujet !

Laure 27/06/2007 15:31

Mon Homme étant un grand stressé du travail, la cuisine est son sas de décompression. C'est donc lui qui se met aux fourneaux tous les jours, et est capable d'inventer des petits plats même quand le frigo apparaît désespérément vide...Par contre, si je fais des courses pour préparer une recette de mon cru - en dehors de mon légendaire porc aux palourdes qu'il ne parvient pas à réussir aussi bien que moi - la soirée est mal engagée 1) je me retrouve accusée de m'y prendre trop tard et de vouloir l'affamer 2) il tourne en rond dans la maison, désoeuvré, et souffle ostensiblement 3) il saisit n'importe quel prétexte pour mettre son grain de sel dans ma recette 4) je finis par lui laisser ma place 5) il dit à qui veut bien l'entendre que je suis incapable de terminer ce que je commence...Donc si je veux cuisiner, tout doit être prêt avant qu'il soit rentré, et là, il est capable d'apprécier mes talents...Voilà voilà voilà...

Candide 23/06/2007 22:37

Tous les jours...mais avec une attitude artiste : mélanges de tte sorte et surtt ne jamais au grand jamais critiquer.Par contre moi j'ai un peu l'attitude suivante : quand je suis obligée de cuisiner je fais exprés de mal le faire...oups

deborah 22/06/2007 10:32

Bonjour Miss!Tout d'abord j'espere que ta grossesse se passe pour le mieux!! Allez courage, plus qu'un mois !! ;o)J'ai lu ton article le sourire aux levres! Mon mari navigue entre differentes categories!!Gros bisousDeborah