Mon beau sapin… ou comment j’ai changé le monde en un week-end

Publié le par Juliette

Z'avez vu le temps qu’il a fait dimanche ? Le genre de temps à ne pas mettre son nez dehors, que dis-je : à ne pas laisser son chien mettre le nez dehors. Il a suffit que j’ouvre la porte d’entrée pour que s’engouffre une rafale de bruine et de feuilles fanées, c’est dire ! Et pourtant, je suis bien sortie de chez moi ce jour-là, en bravant la tempête, l’ondée, le vent et la froidure qui fondaient sur moi tels les cavalier de l’apocalypse, tout ça parce que je suis une bonne mère et qu’il n’est pas question que je laisse les vicissitudes météorologique faire barrage au bonheur de mon fils, lequel, à court terme, passe par la conquête d’un sapin de Noël. Evidemment, si j’étais vraiment une bonne mère, je serais allée le chercher moi-même et l’aurait abattu de ma hache au cœur d’une forêt d’Alsace (patrie et lieu de naissance du sapin de Noël, il est toujours bon de le rappeler) en faisant fi des trolls, des vilaines sorcières et autres esprits maléfiques. Mais on n’échappe pas ainsi à son sort de mère indigne (et de radine), je suis allée acheter mon sapin benoîtement chez Ikéa pour profiter d’une opération qui ramène le coût du sapin à 2 € (l’écologie économique comme je l’aime… on ajoute l’indispensable « sac à sapin » et hop, on fait une B.A. de plus).
sapin-boule.jpgJe m’offre par la même occasion une balade chez mon fournisseur habituel de futilités en tout genre. Hélas, mon fils a refusé obstinément de rester dans le parc à bulles prévu à son effet et m’a collé au basques pendant tout le parcours en geignant « allleeez, on va chercher le sapin » (à chacun sa croix). Pompon en ce jours dantesque, Ikéa nous a sucré le chapiteau et c’est donc sous le grain, le froid et la tourmente (je vais finir par épuiser tout les superlatifs du lexique météorologique) qu’il fallut attendre pour payer son sapin. J’étais à deux doigts de me frotter tel un manchot contre mon voisin de devant qui me tentait de sa parka douillette entrebâillée (le fou !) tant je n’en pouvais plus !
De retour à la maison, j’exhumais de la cave les décorations
qui y reposaient en paix depuis 4 ans. Quatre ans durant lesquels j’avais réussi à faire l’impasse sur le sapin de Noël mais à présent, c’en était fini de la flemme et des bonnes excuses. Cette année, je ne pouvais que céder aux revendications pressantes de fils chéri ou c’est un procès pour mauvais traitement qui me pendait au nez (bon, d’accord, c’est vrai aussi que les préparatifs festifs ne sont pas les pires aléas du destin de mère). En plus, vous me connaissez, en obsessionnelle monomaniaque que je suis, la décoration du sapin de Noël m’a littéralement possédée et poursuivie jusque bien tard dans la nuit. Ben oui, ça urge, le week-end prochain, c'est l'atelier petits gâteaux qui commence, comme pour toute alsacienne qui se respecte et pour qui Noël n'est pas juste une fête mais un sacerdoce.
Dès le lendemain, j’organisais un petit déjeuner avec une amie qui tend à faire jury de la nouvelle star à elle toute seule (et parfois à son corps défendant) dès que j’ai des velléités de déco. Hier encore, je passais une heure au téléphone avec la marraine d'Arzel, experte confirmée en sapins de Noël domestiques, à comparer nos exploits sapinophiles, excitées comme des enfants avec des étoiles dans les yeux, à se demander pour qui nous le faisions, pour eux ou pour nous ?
Une fois le sapin fignolé, décrit, vu et approuvé, vient le tour des cadeaux
, soit cinq heures non stop à faire des étiquettes, des découpages, des collages, des paquets, des rubans… Quand un monceau de boîtes multicolores habille enfin le pied du sapin et que je contemple, apaisée et ravie, le fruit de mon labeur comme Dieu au septième jour se sa création, le dos en compote, l’estomac criant famine, toute d’héroïsme et de dévotion habitée, voilà l’inspecteur des travaux finis, officiellement mon conjoint, qui déboule
(de Noël, ha ha) ! Il me lance comme un os à son chien : « C’est fou le temps que tu perds et l’énergie que tu mets dans des trucs futiles ».
C’est lui qui a rien compris où c’est moi qui m’égare ? C’est quoi le sens de la vie, métro-boulot-dodo, faire son devoir, assurer le gîte et le couvert comme mes propres parents s’en sont toujours enorgueillis ?
Ou injecter de la poésie, de la fête, de la magie, du rêve, de la fantaisie à un quotidien qui sans notre petite touche perso oscillerait entre le noir et le gris ?
Est-ce que je suis vraiment complètement à côté de la plaque quand j’estime que mon sapin de Noël, à cet égard, contribue à changer le monde ?       

Publié dans Home - sweet Home

Commenter cet article

natuliège 24/12/2007 10:17

Chaque instant de Joie, chaque instant de Boneur, rend le monde + beau, car il nous rend heureux et ce n'est que quand nous sommes bien que nous pouvons rayonner sur les personnes qui nous entourent !Il faut profiter de chacun de ces instants et vivre pleinement !Passe de joyeuses fêtes de fin d'année et que 2008 soit pour toi ainsi que pour tous ceux qui t'entourent, te lisent, te soutiennent, une année de Bonheur autant que possible ! Bien à vous

Juliette 10/12/2007 14:04

De toute façon, même comme ça mon fils se pleint parce que j'ai pas mis de décoration et de p'tites lumières DEHORS (parceque c'est quand même les guirlandes et les lumières qui le branchent le plus). Quand à la références christique, je pense qu'elle est devenue anecdotique, même si mon mari turc s'y raccroche pour justifier son manque d'entrain et comme quoi, forcément, il est pas sensible à la magie de Noyel ! D'ailleurs, je me souviens m'être bien maré un jour en lisant un article sur l'engouement des Japonais pour Noël alors qu'ils n'ont aucune idée de l'origine de la fête. Même qua quand le journaliste s'en est enquis auprès d'un quidam, il a répondu "attendez, je vais demander au voisin, il a fait des études !"

Ariane 10/12/2007 11:39

Comme toujours tu poses les questions et tu donnes les réponses ! Mais oui c'est toi qui a raison, oui à la poésie des choses inutiles !Samedi dernier j'ai allumé mes bougies aux fenêtres pour les illuminations de Lyon. J'adore cette fête pour cela, toutes ces bougies, ça ne sert à rien en soi (surtout pour ceux qui ne le font pas pour le sens religieux initial), mais toutes ensemble c'est beau et super poétique...Par contre commencer le sapin 3 semaines avant Noël, j'ai un peu du mal, et anticiper les cadeaux aussi, pour moi Noël c'est à Noël et pas en juillet ou en novembre !

les filles de 1975 09/12/2007 20:32

 suis plus trop sapin, mais j'imagine la joie de ton fils...Ca restemagique pour les minots... 

jean marc 08/12/2007 17:51

BonjourFélicitation pour ton beau sapin de Noël , le notre est beaucoup plus modeste dans sa déco mais le fiston est heureux de l'avoir préparé lui mêê.Bonne fin de journée et bien amicalement .