Allez, au boulot les feignasses !

Publié le par Juliette

Il paraît que ça y est, la loi est passée cet été, en douce, pendant qu’on avait le dos tourné : les 35 heures et les RTT qui vont avec, c’est fini ! Je n’ai jamais beaucoup cru à ces mesures pour générer des emplois, par contre, je suis persuadée qu’elles changeaient la vie de mes concitoyennes travailleuses, en particulier les fidèles de ce blog qui essayent vaillamment de concilier famille, carrière, amour, gloire et beauté. Les RTT, c’était le moyen légal et personnalisé de voler du temps au temps, du temps rien qu’à soi, pour sortir du troupeau, pour prendre le métro-boulot-dodo à contre-sens. Les RTT c’était l’occasion où jamais de s’offrir un forfait beauté, d’aller voir une amie qui habite un peu loin, de faire du shopping hors de la cohue des fins de semaine… Les RTT, ça permettait de pousser les murs du week-end, de dépasser les limites mesquines des heures de pointes, d’avoir un sas de décompression entre la vie professionnel et l’univers domestique, de se ressourcer et de recharger les batteries pour être à nouveau en mesure de donner 100% de ce que patron, clients, mari et enfants attendent de nous. Comment on va faire maintenant pour voler un peu de temps à soi alors qu’on doit déjà jongler avec deux boulots minimum, celui de la sphère publique (cadre dynamique) et celui de la sphère privée (épouse et mère irréprochable) ?

Parce qu’il faut bien se dire que, pour nous autres, le boulot et le stress qui va avec, ça ne s’arrête jamais. Vous en connaissez beaucoup, vous, des femmes qui rentrent à la maison, tombent la veste, se vautrent dans le canapé et se vident la tête devant… (devant quoi au juste ? Y’a plus rien à la télé, maintenant qu’on nous a privé de Ruquier, de Samantha, de Chouchou et Loulou…) ? Une étude a d’ailleurs démontré que la maison continue à être perçue comme un lieu de détente par le papa, qui voit sa tension artérielle chuter dès qu’il en franchit le seuil, alors que les mères vivent constamment sous haute tension dès l’arrivée du premier bébé. On croyait que les mentalités avaient évolué, moi-même qui prend depuis 15 ans des RTT sans les nommer et sur mon compte, je n’avais plus besoin de cacher mes activités hors business, elles ne remettaient plus en cause mon implication, voilà qu'elles étaient perçues comme source de richesse par mes clients ou employeurs. On n’a fait que reculer pour mieux sauter. Certes, je ne suis qu’à moitié concernée par cette reculade puisque je vends sur le marché du travail une expertise suffisamment unique et convoitée pour être en mesure de négocier un temps partiel, sans que le manque à gagner côté salaire ne mette en péril mon niveau de vie, mais combien ont ce privilège ?

Je vois les jeunes mères autour de moi, une à une, retourner dans le rang, renoncer à leur vendredi, à leur mercredi, à leur temps partiel, à leurs horaires flexibles, parce que le devoir les appelle, où qu’elles ont besoin des sous, où que leur boulot l’exige… elles viennent grossir le troupeau de celles qui n’ont plus le temps de rien, qui courent tout le temps, un œil sur la montre, l’autre sur les horaires de RER et le troisième sur le planning de la nounou.. A l’heure où l’entreprise comprend enfin qu’elle n’est rien sans ses ressources humaines, qu’un employé satisfait, détendu, heureux dans sa vie et valorisé contribue directement à la performance de sa boîte, n’est-ce pas un retour en arrière désespérant ? On se plaint du plafond de verre, de la discrimination en terme de salaire ou de perspectives, mais tout ceci n’est qu’un écran de fumée qui cache le véritable problème : pour mener de front famille et carrière, une femme doit nécessairement sacrifier sa vie à elle, dernière roue d’un carrosse qui n’avancerait pourtant pas sans elle. Sûr que ce n’est pas à nous que le législateur a pensé en créant les RTT, mais il nous a tendu une perche, et nous nous sommes jetées dessus… On nous a laissé espérer, respirer un peu… et voilà qu’on nous enfonce à nouveau la tête sous l’eau. Une fois de plus, la société recule et c’est la femme qui trinque !

Commenter cet article

Loop 03/10/2008 17:28

Tu as raison, on sacrifie sa vie de femme! je travaille à plein temps, mon mari aussi, nous avons 2 enfants et si mon mari se case des activités perso (tennis et autres) j'ai du mal à me réserver du temps pour moi perso! la fin des rtt n'arrange rien en effet, et quand j'en prend un, je me retrouve à faire du rangement chez moi, le plein chez acrrouf oua utre activité très passionnante que je n'ai pas le temps de faire la semaine... bref, le temps pour soi c'est précieux et cher : comme dit la commentatrice du dessus, la baby sit ça a un coût!!!

Gwenaëlle de l'aquagym 27/09/2008 11:40

Je fais partie de celles qui jonglent avec des emplois du temps bien chargés. Par contre, j'ai la chance d'avoir un mari qui participe beaucoup à la maison et aussi d'avoir beaucoup de congés, et notamment des RTT. Que je ne me prive pas de prendre. Là par exemple, je suis rentrée hier soir d'une semaine de vacances toute seule, sans mari ni enfants. C'était le bonheur. Même si je suis super contente d'avoir retrouvé toute ma petite famille. Mais pour une fois, j'ai fait un truc rien que pour moi.Et sinon, autre truc pour voler du temps et arrêter un peu de courir, c'est DELEGUER (t'as vu, Cath, j'ai bien retenu les conseils de ton bouquin sur "comment tout gérer sans péter un cable" et tu noteras que je mets en application). Depuis 2 semaines, j'ai trouvé une baby-sitter fantastique. Je suis sereine le soir quand je quitte le boulot. Fini la course dans le métro et le RER pour arriver à l'heure chez la nounou, puis à la maternelle... Par contre, ça fait encore un budget supplémentaire. On n'a rien sans rien !

Elodie 25/09/2008 14:11

Je ne travaille pas encore (enfin, si, mais à l'université, mes horaires sont très souples), et n'ai pas encore d'enfant, mais j'essaie déjà de "dresser" le chéri pour la répartition des tâches ménagères. Justement parce que je pense à l'avenir, et que je sais que ma résistance nerveuse est loin d'être en acier trempé. Ca m'aura coûté quelques disputes et quelques larmes, mais apparemment, pas en vain, il y a un net progrès ces dernières semaines! Pourvu que ca dure... ^_^

Sen / Adeline 24/09/2008 15:43

pas grand chose à rajouter.... à part que tout ça est tellement vrai.... Faire sa semaine de travail à temps complet et essayer de se ménager du temps pour des activités (j'essaye de faire de la musique!), pour se reposer, pour son épanouissement personnel, c'est très dur et en plus c'est perçu comme un luxe. Et encore! je n'ai pas encore d'enfants! alors qu'est-ce que ça va être à l'avenir...? je préfère ne pas y penser... plutôt déprimant.