L'Oeil de la Ménagère : Flagrant-délit de grande gueule !

Publié le par Juliette

S’il existe un art que je maîtrise parfaitement, c’est celui de ne pas savoir fermer ma grande gueule. Je suis la reine de la gaffe, la pionnière de l’inapropos, la championne de la bourde toute catégorie, le contre-exemple vivant du sens diplomatique. Et ma grande gueule vient encore de me coûter très exactement 52€50 ! Le prix pour ne pas avoir su tourner sept fois ma langue dans ma bouche avant de parler, la sanction pour avoir omis de réfléchir avant de dire ce qui me passe par la tête, le coût d’un excès de spontanéité confinant à la bêtise pure ! Une histoire de 2 ou 3 secondes tout au plus, quelques secondes d’un silence salutaire qui aurait pu me faire économiser plus de 50 € donc ! Et pour comprendre à quel point ce raté m’agace, un préambule s’impose. Je suis une phobique du gaspillage ! Question d’éducation ou défaut de personnalité ? Toujours est-il que pour moi un sou est un sou et en dépenser deux alors qu’un seul aurait suffit me contrarie de manière déraisonnable et disproportionnée. Je peux trépigner de rage en découvrant, une fois rentrée chez moi, l’étiquette de réduction de 30 centimes d’Euros qui m’a fait acheter un camembert ou un bain-douche et que la caissière a oublié de prendre. Je déteste acquérir un produit quelconque et découvrir le même, plus loin, 50 centimes moins cher. Ce qui ne m’empêche pas de payer sans états d’âmes mes factures ou mes amandes autrement plus conséquentes, d’offrir des cadeaux dispendieux, de me faire plaisir avec des vacances par ci, un week-end par là… mais dans ce domaine aussi, je préfère toujours la proposition à moins X% qui me donne l’impression d’en avoir plus pour mon argent. C’est ainsi que je me suis fendue récemment d’un forfait week-end nuit + massage + SPA + dîner gastronomique, une offre American Express à 350 € pour deux, « soit une réduction de 15% ». Et que ne découvres-je point en arrivant sur place ? La même formule proposée par l’établissement à 298 €. Quand je demande des explications à la réception, précisant que j’étais censée avoir moins 15%, on me dit que ce n’est pas pareil, pas la même chambre, pas le même massage, etc. (on me baratine, quoi !). Nous arrivons au plot point, quand le lendemain matin, la baratineuse me sort la facture qui inclut à ma grande surprise une réduction de 15% sur le prix de départ. C’est là que toute personne censée se réjouissant de l’aubaine aurait jubilé et sorti, en silence et avec le sourire, sa carte bleue ! Mais voilà que l’innocente que je suis s’exclame « Super, je croyais que la réduction de 15% était déjà comprise dans le prix ». Et elle de m’arracher la facture des mains, prétextant un malentendu et de me la ressortir majorée de 52€50 ! J’aurais pu me donner dix gifles et cinquante coups de triques, mais trop tard, ma grande gueule avait encore frappé. Je ne cessais de me répéter « mais pourquoi, j’ai pas fermé ma gueule ?... Pourquoi j’ai pas fermé ma gueule ?…», perdant en rage et rumination les bénéfices de mon week-end de relaxation.
Vous allez sans doute tenter de relativiser en me disant qu’au moins j’ai été honnête mais ce serait franchement malhonnête de vous faire croire que mon honnêteté y est pour quelque chose. Non seulement, j’aurais profité de ce « malentendu » en toute quiétude, mais la « bonne affaire » réalisée aurait même donné une saveur supplémentaire au séjour. Non, la seule perspective qui me console, c’est de penser à toutes les fois où ma grande gueule m’a servi, aux réclamations qui ont générés des réductions, aux petits mots laissés lors de réservations qui m’ont permis d’être surclassée… Cette fois-ci encore, j’ai envoyé un courrier pour dénoncer l’arnaque du package à - 15% vendu plus cher que le forfait au prix fort de l’établissement. Le suspens reste donc entier : Ma grande gueule épistolaire me permettra-t-elle de compenser mon délit de grande gueule ?

Epilogue : Le prestataire m'a envoyé une lettre, me remerciant pour "mon aimable courrier qui a retenu toute leur attention", précisant "Nous recevons comme un enrichissement (c'est le cas de le dire) les remarques pertinentes et parfois impertinentes de nos hôtes, qui ne restent jamais lettre morte". Il me propose donc 10% de réduction sur ma prochaine réservation... mouais... ça mérite juste un Peux mieux faire !"

Commenter cet article

Juliette 22/03/2007 18:37

Meuuuuu tu rêves, c'est du service pur, un rabais de 10% serait passé comme une lettre à la poste et m'aurait fait du bien sans me faire du mal... Et puis je vais te dire, c'était une nana tellement hautaine et tête à claque que ça m'aurait pas gêné plus que ça !

marouschka 22/03/2007 16:58

Voyons le bon côté des choses  : disons que tu as évité à la vendeuse de mettre ces 52euros50 manquants à sa caisse de sa poche...

Juliette 16/03/2007 09:38

@ Pichonade, ben oui, moi aussi, c'est pour ça que je m'en suis tant voulu de n'avoir pas su fermer ma grande gueule !@ La Foldingue, si seulement ! Hélas, je continue encore et toujours à me faire avoir à la caisse, parce quand j'arrive à la caisse, je ne me souviens plus des articles avec sticker de réducation ou je pense à autre chose et j'enrage quand je découvre le sticker une fois rentrée chez moi (en plus, ils sont toujours bien colorés, éclatants, pour bien me narguer)@ Nevrosia, c'est pas bien de se moquer... mais bon, si c'est pour la bonne cause de ta relaxation, je t'autorises !@ Vincent, finalement j'ai juste fait une lettre et je vais rajouter un épilogue à l'article pour raconter ce qu'elle a donné... Tu as sans doute déjà lu ce billet avant, quand il avait les honneurs de ma chronique en colonne de gauche. A chaque nouvelle chronique, l'ancienne se transforme en post pour ceux qui n'auraient pas vu qu'il y a une colonne de gauche une chronique qui change (tous les 3 semaines environ). Et puis ça permet de garder une trace des chroniques en question...@ Patrick, je me sens moins seule... Mais y'a encore pire, je te conseille le billet de "Dom la Gaffe" ici :http://www.menageredemoinsde50ans.com/article-5812492.html

patrick 15/03/2007 21:38

bonjour
et moi je suis la hantise de ma femme quand on sort
je suis capable de demander des nouvelles de "sa "femme a un veuf( reel)
patrick

Vincent 15/03/2007 18:04

Faut menacer de se rendre au siège se plaindre, ils n'aiment pas ça ! mais n'avais-je pas déjà lu ce très bon billet auparavant ?