L'Oeil de la Ménagère : Jamais contente...

Publié le par Juliette

Vous allez trouver ça scandaleux et crier au comble pour quelqu’un qui a tout de l’auteur-consultante-épouse-mère accomplie, vous aurez sans doute raison mais que voulez vous, on ne se refait pas. Alors voilà, depuis quelques temps, je dois bien vous l’avouer, je m’emmerde ! C’est pas que j’ai rien à faire, entre mes trois hommes à éduquer (hé, oui, je couve à nouveau un chromosome Y), mon quatrième bouquin à livrer et mon boulot de consultante à terminer, j’ai de quoi m’occuper. Et c’est vrai que je ne m’ennuie pas… mais qu’est-ce que je m’emmerde ! J’ai toujours rêvé d’écrire, mais maintenant que je ne fais plus que ça et que j’en suis à ma quatrième Courge, c’est moi qui ai l’impression de virer courge.
Mon deuxième fils en gestation a un petit goût de déjà vu. Mon avenir professionnel me laisse l’embarras du choix mais les options me semblent aussi appétissantes qu’une choucroute alsacienne sans garniture. Bref, mon cerveau est sur pilote automatique, plus rien ne le stimule, je ne sais que faire de moi ni trop ce que je veux, plus rien ne me fait envie, je suis saisie par la bofitude et l’àquoibonnisme. Paraît que rien n'est plus fort chez l'homme que la résistance au changement, mais moi c'est le mouvement qui me nourrit.

J'ai besoin de faire des choses différentes, lancer de nouveaux projets, me fixer des challenges, projeter mon esprit vers des horizons inexplorés… Sitôt un but atteint, je tourne au rond comme une lionne dans sa cage, au lieu d’apprécier les lauriers glanés. C’est grave docteur ? C’est quoi cette pulsion à n’être jamais satisfaite, à toujours chercher ailleurs une herbe plus verte ? C’est une marque de fabrique, une tare, une pathologie ? Ou tout simplement un trait de personnalité avec lequel il me faudra bien composer ?…
Quand j’entends Muriel Robin dire « je ne vais quand même pas faire des one-woman shows toute ma vie » ou Kate Winslet prétendre que « certains jours, on n’a pas envie de se faire traîner dans l’eau glacée par Léonardo DiCaprio », je me rends compte que je n’aurais sans doute jamais de repos, quel que soit mon degré de réussite. N’importe quel job, fusse-t-il de rêve, me lassera sitôt qu’il deviendra routinier. Le plus étonnant, finalement, c’est que mon mari pourtant Normal de chez Normal me fasse toujours rire, me surprenne et me stimule encore même après 7 ans de vie commune…  Hélas, ni lui ni même mon fils ne sont l’antidote à mon insatisfaction chronique, mais au moins, avec eux, je ne m’emmerde jamais, c’est déjà pas mal, non ?

Commenter cet article

Juliette 17/04/2007 09:01

En fait, c'est pas le job qui est en cause Marouschka, car entre mes boulots de consultante, d'auteur et de mère, j'ai de quoi être comblée, c'est un nouveau clallenge qui me manque (de préférence quand même dans mes domaines d'expertise) car n'importe quel job fusse-t-il de rêve finit par lasser. Et puis entre la réalité et le fantasme, il y a presque toujours un fossé... J'étais comme toi Maman au Secours et finalement quand mon rêve s'est réalisé (publier mon premier roman, chez Stock qui plus est) l'expérience s'est avérée une des plus décevante de ma vie (avec des dommages collatéraux auxquels je ne m'attendais pas).
Pas sage, contente de t'avoir fait rire... dès que j'ai le temps (car le fait d'être très occupé n'empêche pas de s'ennuyer, c'est ça le paradoxe) je vais m'occuper de cette proposition d'annuaire.
J'ai beaucoup apprécié ton papier sur le sujet Blumyrose, en définitive, je pense que l'ennui est avant tout une question d'état d'esprit... que je me suis activé - avec l'aide de la vie et du printemps en particulier - à corriger depuis !

le pas sage 15/04/2007 06:32

salut
ca me fait rire ton texte , facile à lire et d'une traite , lol
J'ai ouvert un annuaire , il est gratuit , si tu veux tu peux t'inscrire à l'adresse :

merci
bon dimanche et à bientôt

Maman au secours 13/04/2007 15:58

Et bien, moi qui caresse le doux rêve d'un jour de vivre de ma plume, cela remet les choses en perspective ;-)
Ne t'en fais pas dès que ton squatteur aura jailli de ton ventre, tu n'auras pas l'occasion de t'ennuyer :-D
Cela dit, je te comprends, ce n'est pas facile facile la vie, même quand on a beaucoup de chance. C'est un peu pareil pour moi, je m'ennuie ferme au bureau et je cherche d'autres pastures plus vertes

blumyrose 05/04/2007 14:32

Merci beaucoup de cet article. Je comprends bien ce que tu ressens, je suis une eternelle "ennuyée". Je suis consciente de la chance que ma vie m’apporte et je ne me plains pas de ma situation mais le fait est là, je m’ennuie. Je ne suis jamais rassasiée, ce qui me permet d’etre parfois tres productive, mais dans les periodes de creux, c’est l’enfer. Ton billet m’a d’ailleurs inspiré un article, qui explique en partie cet ennui. C’est en tout cas l’inpiration que je m’en fais.

Alors merci d’ecrire !! Je me sens tout a coup, moins anormale.

marouschka 30/03/2007 18:24

Pourquoi ne pas te reconvertir dans un métier de création ? Du style graphiste ? Ton travail devra prétendre à chaque fois à une innovation. De quoi te creuser la tête un petit moment...