« N'émoussez pas votre coeur, enragez-le ! » (William Shakespeare, Macbeth, 1605)

Publié le par Juliette

« N'émoussez pas votre coeur, enragez-le ! » (William Shakespeare, Macbeth, 1605)

Voilà un moment que je cherche quelque chose de positif, de gai et d’entraînant à partager avec vous et je crois que j’ai trouvé ! Je suis allée au cinéma hier soir et j’ai vu le film Feel Good par excellence, celui où rien qu’avec le titre tu sens que tu va t’éclater et te bidonner : Macbeth ! Deux heures de mornes plaines, de hautes trahisons, de sanglantes batailles, de familles entières livrées au bûcher. Le tout sous une météo typiquement écossaise, à se faire battre par les vents et la pluie, à patauger en guenilles dans la boue, à grelotter entre les murs froids des forteresses. Heureusement, j'avais mon mari à mes côtés, dont le sens du sacrifice n'a jamais connu plus noble expression qu'en m'accompagnant ce soir-là. Pour parfaire cette expérience, tous les dialogues étaient en authentique Shakespeare dans le texte, si bien que parfois, même les sous-titres en français, je ne les comprenais pas ! Enfin, pour couronner l'entreprise, le film se clôt sur une morale remonte-moral des plus guillerettes : « [La vie] est un récit conté par un idiot, plein de bruit et de fureur, et qui ne signifie rien »

Mais pourquoi diable suis-je allé voir ce film, me direz-vous, pourquoi ajouter ainsi de la dépression à la dépression ? Essentiellement, pour Mickaël Fassbender, dont la sensualité, la profondeur, la façon inédite de jouer avec son corps et de porter la tragédie sur ses épaules siéent particulièrement bien au film d’époque. Curieusement, ce film cruel et sanguinaire – dans l’absolu, pas du tout mon genre – m’a finalement fait du bien. Moins pour Fassy – qui me semble avoir perdu en félinité ce qu’il a pris en muscle – que pour son niveau d’exigence, justement... A l’inverse de certains films qui distraient mais s’oublient aussitôt vu, celui-ci s’imprègne en vous, par son atmosphère et la puissance de sa mise en scène. Par la tragédie qu’il relate aussi. Car après tout, Macbeth illustre l’importance d’être fidèle à ses valeurs, de ne pas compromettre son intégrité, au risque sinon de se perdre soi-même. Quoi de plus actuel ?

Publié dans Nos Amis les Hommes

Commenter cet article