Pourquoi la Fée du Logis ne s'est-elle pas penchée sur mon berceau ?

Publié le par Juliette

Soyons clairs : Je déteste le ménage, ça me pend au nez, je repousse et traîne des pattes, jusqu’à ce que mon seuil de tolérance soit atteint, lequel se situe à mi-chemin entre la Desperate Housewife Bree et les affreux de "C’est du propre !". J’avoue cependant que l’énergie nécessaire pour me mettre en branle est telle que je comprends celles qui lâchent l’affaire et tombent dans un cercle vicieux dont on ne sort plus. Evidemment, je nourris une culpabilité et une admiration sans borne pour mes congénères qui adoptent la seule méthode raisonnable qui soit en s’acquittant des tâches domestiques un peu tous les jours. Elles perpétuent ainsi dans la joie et la bonne humeur les gestes de leur mère, des mères de leurs mères et de toute leur lignée en remontant jusqu’à Eve. Paraît que c’est psychogénétique, une sorte d’automatisme qui s’installe inconsciemment et qui évacue la pénibilité des tâches. Alors, pourquoi ça n’a pas marché sur moi ?
Certes, en femme au cerveau multi-tâche qui se respecte, je ramasse, range, ordonne en passant de la chambre à la salle de bains, là où ma moitié ne ferait que suivre son chemin à l’aveugle. De là à donner un petit coup de balayette et de chiffon, à faire la vaisselle en nettoyant l’évier tous les jours – qui encore une fois serait le meilleur moyen de m’éviter la corvée du gros ménage hebdomadaire – il reste un gouffre que je ne me résous pas à franchir. Les notions de plaisir, de fierté du travail bien fait et du devoir accompli restent totalement étrangères à ma perception des tâches domestique. Mais qui sait ? C'est peut-être une attitude révolutionnaire de ma part, un acte féministe, un refus de me soumettre au dogme, à l’idée ancestrale que le sens pratique et les vertus domestiques font partie de ma nature de femme et de mon patrimoine génétique ? Certes ma résistance et ma rébellion accentuent la corvée mais peut-être est-ce le prix à payer pour m’en émanciper ? Au moins je ne fais pas partie de ces femmes
qui, tout en fulminant sur le manque de participation de leur moitié, continuent à repasser fidèlement les chemises de Monsieur estimant sans même réfléchir que c’est « la moindre des choses ».
Résultat ? Chez moi, la répartition des tâches se fait en fonction des compétences de chacun : C’est mon mari qui repasse (y’a pratiquement que ses chemises dans le panier à linge), reprise (il est descendant de tailleurs, ça fait partie de SON patrimoine génétique), suspend et range majoritairement le linge, qui représente pourtant à 96% l'apanage des femmes ! Oui, oui, je sais, j’ai de la chance… NON, c’est PAS de la chance, c’est de la négociation, de l’instance, de la vigilance, de la résistance, car pour moi aussi, ce serait parfois plus simple de m’en occuper moi-même ! Je gagne quelques batailles, mais ja
mais la guerre. Je fais à manger tous les jours, mais je dois toujours insister pour que la table soit mise puis débarrassée, vérifier que les assiettes atterrissent dans le lave-vaisselle et les restes dans le frigo… Et certains soirs, quand j’arrive chez moi après une journée harassante de boulot, un détour par le pressing et un saut chez la nounou pour récupérer junior qui déjà me sollicite avec ses vaisseaux spatiaux en lego, avec mari-chéri qui réclame des papouilles alors que j’ai une poêle dans chaque main et que Desperate Housewifes commence dans 10 minutes, il me vient comme un fantasme l’idée que finalement, à bien y réfléchir, la bigamie autorisée par la religion de mon mari aurait du bon car, moi aussi, ça me soulagerait, une épouse de plus !

PS : Quand l'inconscient nous joue des tours... Je viens de réaliser que je vous ai concocté un article sur le ménage pour la journée de la femme, la honte !...

Publié dans Home - sweet Home

Commenter cet article

Juliette 11/03/2007 17:49

S'cuse moi Emilie, mais ménage+lessive+vaisselle+courses+ cuisine contre repassage, tu parles d'un deal... mais bon, si "tout ça ne te dérange pas" c'est que la spychogénétique a bien fait son boulot. Hélas, hormis la cuisine à la rigueur qui garde une certaine dimension créative, tout me débecquete ! Et mon mari tout autant...J'adore l'histoire de la maman Calpurnia, elle ilustre bien le drame sous-jacent : Tout ce que nous faisons naturellement n'est même pas remarqué par notre tendre moitié. Si ça se trouve, il y croit, lui, à la fée du logis et à son tourbillon de nettoyage qui a lieu quand on a le dos tourné ? Dom, euh... c'est quoi le nouveau mot que t'as appris ?

EmilieG 11/03/2007 17:14

Et bien pour ma part: cuisine, ménage, lessive, vaisselles, courses...tout ça ne me dérange pas outre mesure...hormis le repassage. Et les choses sont bien faites car monsieur trouve que le repassage est une thérapie relaxante. Comme quoi le destin ne choisit pas innocemment et il pense "pratique" quand il assemble deux personnes. ;)

Calpurnia 10/03/2007 18:00

Un jour dans les années 70, ma mère a présenté deux assiettes à mon père en lui demandant "quelle différence entre les deux ?" "Aucune mon amour""Eh bien si : celle ci je viens de la sortir du placard, celle là je viens de la laver et de l'essuyer... Mon travail ne se voit pas..."
Moi non plus je n'aime pas faire le ménage, paradoxalement j'aime mon appart nickel, mais je repousse toujours à demain. Inconvénient je m'en veux. Avantage : comme je vis seule je fais ce que je veux quand je veux, d'abord... (D'ailleurs au lieu de t'écrire je ferai mieux de vider le lave vaisselle...)

Dom 09/03/2007 19:42

Je ne vais pas affirmer le contraire, j'ai déjà écrit sur le ménage et comme tu l'as d'ailleurs noté, j'ai sérieusement tendance à repousser au lendemain.Ca m'a permis d'apprendre un nouveau mot !!Tout comme toi, j'ai un mari qui en fait beaucoup, allez, je l'avoue, il en fait même plus que moi !!Par contre, pour l'épouse de plus, euh.. non.

Candide 09/03/2007 19:08

C'est une question de priorité. Pour moi un appart correct est le minimum...et le maximum. A quoi cela sert-il d'avoir un sol tellement nickel qu'on pourrait manger par terre? j'ai une table pour ça.
Alors le syndrome fée du logis je le laisse à celles qui ont du temps et de l'envie pour ça ;)